Réunion ordinaire du Conseil d’Administration de Children’s Voice

L’organisation annonce à ces membres la convocation de la réunion ordinaire du Conseil d’Administration (CA en sigle) qui se tiendra ce 8 octobre 2017 à 11h dans la salle de réunion de cette organisation au numéro 13 de l’avenue Mont-Goma, au quartier les Volcans dans la ville de Goma en République Démocratique du Congo.

Il est prévu à l’ordre du jour :

  1. Réception et analyse du dernier rapport de l’audit de la Commission de Contrôle ;
  2. Lecture du procès verbal de la réunion précédente et suivi des recommandations ;
  3. Présentation des réalisations trimestrielles de la coordination ;
  4. Préparation de l’assemblée générale prévue au mois décembre 2017 ;
  5. Divers
Les membres lors d’une réunion du CA

Sont attendus :

  • Les administrateurs : Président du Conseil d’Administration, le secrétaire du CA et les 3 conseillers
  • Les membres de la Commission de Contrôle
  • Les membres de la Coordination
Des agents devant le bureau de la coordination

Fait à Goma, le 23 septembre 2017

Bavon Saa-mbili

Secrétaire du Conseil d’Administration

Incendie à l’EGEE des enfants à Goma – il y a urgence

Il est 13h30 le 1er août 2017, jour de fête des parents, quand un incendie s’improvise et ravage l’EGEE (Etablissement de Garde et d’Education de l’Etat) de Goma, qui héberge les enfants en conflit avec la loi Locaux de l'EGEE et du tribunal pour enfants et le Tribunal pour Enfants. Les enfants sont derrière les barreaux. C’est l’horreur ! Heureusement que l’encadreur de garde a vite ouvert : tous les enfants sont sortis sains et saufs.

« J’ai appelé pour le secours des camions anti-incendie, sans succès. Celui de la Monusco est arrivé plus d’une heure après. Tout était déjà en cendre. J’ai regardé impuissamment le feu consumer tout : le bâtiment, cellule par cellule, mon bureau, tous les biens et dossiers des enfants. Si le secours était venu à temps, le feu aurait été maîtrisé » dit tristement Wilfried SUMAILI, Président du Tribunal pour enfants.

« Nous avons tout perdu, rien n’a été sauvé. Les enfants rescapés totalement démunisDans le nouveau local de la prison, les enfants n’ont rien, pas d’habits, pas de souliers. Ils dorment sur le plancher sans matelas ni couverture, et il fait très froid, ils risquent de tomber malade. Regarde celui-là qui porte un sac (emballage de riz) comme chemise, d’autres sont sans souliers. Il faut aider ces enfants, SVP », lance Mr Victor SUPIRA, le directeur de l’EGEE.

Aide d’urgence aux enfants

Parmi ceux qui ont écouté cet appel, Children’s Voice a fait un don des matelas et couvertures. C’est une action d’urgence pour protéger ces enfants du froid, dit Christine Musaidizi, Directrice de Children’s Voice, qui mène des actions pour aider les Notre don de matelas et couverturesenfants en conflit avec la loi depuis 2004 (exemple « Des familles comme alternative« ).

Parmi les pertes dans cet incendie, il y a des machines et équipements que Children’s Voice avait donné après son action de formation professionnelle des enfants et jeunes en couture et coiffure, avec l’appui de War Child et CODESPA de 2014 à 2016.

Appel aux dons

Il y a aujourd’hui urgence pour reconstruire des conditions d’accueil sécuritaires et dignes à l’EGEE pour ces nombreux enfants  privés de liberté. C’est pourquoi nous lançons un appel aux dons et nous espérons recevoir d’autres fonds pour poursuivre ensuite notre mission d’éducation.

Par : Bonheur Habimana, Chargé du projet « Right to Change » – Appui aux enfants en conflit avec la loi, Children’s Voice

Entreprenariat – un espoir aux jeunes désœuvrés en RDC

A Goma comme dans toute la province du Nord Kivu, ils sont nombreux des jeunes sans occupation alors qu’ils ont des besoins à satisfaire. Ce qui les expose aux risques d’être enrôlé dans d
es groupes armés, d’être utilisé dans l’exploitation économique et sexuelle, dans la manipulation politique, dans le mariage précoce, dans la délinquance, au vol, à la consommation de drogue, etc.
A cela l’une des solutions est l’esprit d’initiative, d’entreprenariat. Un témoignage de la brave Miujiza AYIGIYUGO de 16 ans est très encourageant.
Née d’une famille nombreuse de 11 enfants, j’ai grandi avec beaucoup de difficultés dans une pauvreté extrême. A cause de ca, j’ai abandonné mes études mes frères et sœurs aussi par manque des frais scolaires. J’étais tellement désespérée que j’ai failli me suicider. Pour dormir je prenais des somnifères.
Par miracle j’ai appris du chef de mon quartier que dans un communiqué à l’église, il y avait une annonce sur la formation professionnelle pour aider des jeunes désœuvrés.
Il y a 2 ans, mon admission au centre Bujovu de Children’s Voice a été salutaire. J’ai été formée en HORECA -Esthétique (hôtellerie, restauration et cafterait) j’avais choisi esthétique et tressage. J’ai eu le renforcement dans l’estime de soi , l’appui psychosocial, j’ai appris la culture de la paix et surtout un esprit d’entreprenariat.
Dans tout ca, j’avais un rêve : rentrer à l’école et une fois terminé, payer les études a mes frères et sœurs. J’ai commencé à tresser et épargner le 2/3 de mon gain.
Chose décidée, chose faite, voila qu’actuellement j’ai repris les études ; je me prends en charge au niveau scolaire et sur de petits besoins qu’une fille peut avoir. Je tresse, je fais manucure et pédicure, les soins de visage et des pieds, etc. Je le fais le dimanche, après cours ou les jours fériés. Je paie moi-même les frais scolaires et je me paie les uniformes, les souliers et tout autres besoin d’une jeune fille. Chaque matin, je suis fière de quitter la maison en uniforme bleu blanc des écoliers du pays avec mon cartable et des cahiers comme d’autres filles de mon quartier qui vont à l’école.
C’est pour moi un miracle. J’ai retrouvé l’espoir de vivre, je n’ai plus besoin des somnifères pour dormir. Je remercie Children’s Voice et Chance for Childhood et leur bailleur de fonds Thinkmoney group.
Je pense toujours à madame Emilie, l’assistant psychosocial qui a beaucoup travaillé pour que je sois ce que je suis. Que Dieu la bénisse pour ce qu’elle donne aux enfants et jeunes.

HORECA- Esthétique est un programme de formation des jeunes en Entreprenariat qui a été financé par Chance for Childhood depuis 2015 dans son partenariat avec Children’s Voice. Le fonds ont été donné par Thinkmoney Group.

Par :
Santanna Christophe Daniel
Chargé de Protection & Entreprenariat des jeunes

Des familles comme alternative à la détention des enfants en RDC

La situation de détention des enfants parfois longue et mauvaise dans des cachots, amigos et prisons à l’est de la République Démocratique du Congo, RDC, a toujours fait l’objet des préoccupations des acteurs de protection.
Children’s Voice (CV), dans le cadre de son projet « Right to Change » à Goma et à Rutshuru au Nord
Kivu avec le financement de Chance for Childhood, a appuyé l’accès au traitement juste et équitable, la représentation légale des enfants en conflit avec la loi, le renforcement des réseaux communautaires de protection, la réinsertion sociale de ces enfants et la médiation de certains dossiers. C’est depuis plus de cinq ans que CV est au secours des enfants en conflit avec la loi avec l’appui financier de l’Unicef, de War Child (Union Européenne) et de CODESPA et actuellement avec Chance for Childhood.  Pour Children’s Voice, la présence, cette année, des Familles d’Accueil Transitoires dites ( FAT), a été une action salutaire qui a permis d’héberger des enfants en dehors de l’EGEE (Etablissement de Garde et d’éducation de l’Etat) à coté de la prison de Goma et celle de Rutshuru.  Six mois après, une séance d’échange d’expérience a eu lieu au centre Children’s Voice Virunga à Goma et de bons témoignages ont été partagés par ses familles. 

Notons que c’est la première expérience initiée dans la province du Nord Kivu, de mettre à la disposition du Tribunal pour Enfants de Goma et du Tribunal de Paix de Rutshuru, des familles disponibles et disposées à accueillir des enfants de cette catégorie ; ce qui les épargne la détention et la privation de liberté. Des enfants qui ont toujours été rejetés par leur propre famille et leur communauté en les qualifiant des bandits et des délinquants.

C’est un soulagement pour Children’s Voice car ces enfants bénéficient de la chaleur familiale, continuent la scolarisation ou la formation professionnelle dans les familles en attendant la poursuite de la procédure judiciaire ou avant de rentrer dans leur milieu d’origine. Les assistants sociaux passent régulièrement pour un suivi et un appui technique.
Justin de 16 ans, originaire de Kitshanga, a été placé par le juge dans la FAT de Alexis et Vumilia. « C’est un enfant comme les autres », dit Mme Vumilia. « Je l’ai depuis 4 mois. Il s’adapte et partage bien la vie de la famille.  Quand nous mangeons, il mange et quand nous n’avons pas trouvé à manger, il accepte comme les autres enfants de la famille. Nous l’aimons et le protégeons. Pour l’intégrer, j’ai lui ai trouvé un travail d’aide maçon en attendant la rentrée scolaire. Il aime ce métier et s’est déjà acheté des habits et soulier. J’encourage d’autres familles d’accueillir ces enfants. Ils ont besoin de nous pour leur réhabilitation sociale et pour devenir de bons citoyens ».
Goma, 14 août 2017
Emmanuel KANDEKE
Point Focal à Goma du projet « Right to Change»
Children’s Voice

Boeing et Microsoft – Non au travail des enfants dans les mines

Certaines régions minières de la RDC fait partie des zones dites des minerais des conflits, de sang et/ou à haut risque. Le Guide OCDE sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables en minerais provenant de zones de conflits ou à haut risque fournit des orientations pratiques soutenues par le pouvoir public adressées aux acheteurs et des industriels pour des chaînes globales d’approvisionnement en minerais responsables afin que les entreprises respectent les droits humains et évitent de contribuer aux conflits à travers leurs décisions ou pratiques d’approvisionnement.

Deux enfants (bébé et sa nourrice) et leur mère creuseuse dans une mine a Manono
Deux enfants (bébé et sa nourrice) et leur mère creuseuse dans une mine a Manono

C’est dans ce cadre que Children’s Voice et PACT, tous deux membres de l’International Working Group de l’OCDE « Worst Forms of Child Labour in the Mining Sector », avec l’appui financier de Boeing et de Microsoft, mènent un projet pilote pour lutter contre le travail et l’exploitation des enfants dans le secteur minier en République Démocratique du Congo.
Ce projet, appelé « WIM – Watoto Inje ya Mungoti » en swahili ou « Enfants loin des carrières minières », est réalisé dans le territoire de Manono en province de Tanganyika.
Le succès de ce projet est l’engagement des communautés locales dans des réseaux. Ces réseaux mènent, avec l’appui technique de Children’s Voice, des actions visant à :
1. Protéger les enfants en les éloignant des carrières minières ;
2. Sensibiliser les exploitants sur les risques de refus de leurs minerais si les enfants sont présents dans leurs mines ;
3. Faciliter l’accès légal des creuseurs artisanaux aux marchés internationaux et ainsi améliorer leur source de revenu si zéro enfant dans leurs mines ;
4. Rassurer les acheteurs et les industriels des minerais, en amont et en aval, qu’il est possible d’acheter de la RDC, des minerais propres, qui respectent les droits humains, qui évitent de contribuer aux conflits et qui prennent en compte la situation sociale des creuseurs.
Dans ces carrières des enfants creuseurs, enfants transporteurs et nettoyeurs, de petites filles se faisant exploiter sexuellement, des nourrissons avec leurs mères et des enfants nourrices y étaient nombreux.

Forum de discussion des responsables des écoles de Manono, tenue par Children’s Voice, sur la problématique des élèves qui abandonnent l’école pour travailler dans les mines
Forum de discussion des responsables des écoles de Manono, tenue par Children’s Voice, sur la problématique des élèves qui abandonnent l’école pour travailler dans les mines

Or parmi les atteintes graves sur les chaines d’approvisionnement des minerais, il y a les pires formes de travail des enfants dans l’extraction, le transport ou le commerce de minerais.
Le but de Children’s Voice dans ce projet est de soutenir les membres de la communauté, les autorités locales et les exploitants a trouver des solutions communautaires aux problèmes qui sont les leur et d’arriver à « Zéro enfant dans les mines ». Chose possible car c’est déjà fait dans certaines mines au Nord Kivu.
Un membre du réseau communautaire de Sula et membre du Comité Local de Protection des Enfants dans le secteur minier de Manono témoigne son engagement :
« Il y a beaucoup de risques dans les carrières minières pour les enfants. Nous voulons combattre cela. La place des enfants c’est à l’école et a la maison et non dans les carrières minières. Ils sont nombreux ceux qui sont déjà mort dans ces carrières. C’est trop, nous devons nous réveillés pour les protéger».

Les agents de Children’s Voice et de PACT visitent le système d’étiquetage des minerais au centre de négoce de la mine Dragon à Manono
Les agents de Children’s Voice et de PACT visitent le système d’étiquetage des minerais au centre de négoce de la mine Dragon à Manono

Un Forum CIRGL-OCDE-GE NU sur les chaines d’approvisionnement responsables en minerais est tenu deux fois l’an pour évaluer la mise en oeuvre du Guide OCDE sur le devoir de diligence. Children’s Voice et son partenaire PACT sont membres de ce forum.
Dans la réalisation de ce projet, Children’s Voice bénéficie de l’appui de ITSCI-Katanga (ITRI Tin Supply Chain Initiative).