Entreprenariat – un espoir aux jeunes désœuvrés en RDC

A Goma comme dans toute la province du Nord Kivu, ils sont nombreux des jeunes sans occupation alors qu’ils ont des besoins à satisfaire. Ce qui les expose aux risques d’être enrôlé dans d
es groupes armés, d’être utilisé dans l’exploitation économique et sexuelle, dans la manipulation politique, dans le mariage précoce, dans la délinquance, au vol, à la consommation de drogue, etc.
A cela l’une des solutions est l’esprit d’initiative, d’entreprenariat. Un témoignage de la brave Miujiza AYIGIYUGO de 16 ans est très encourageant.
Née d’une famille nombreuse de 11 enfants, j’ai grandi avec beaucoup de difficultés dans une pauvreté extrême. A cause de ca, j’ai abandonné mes études mes frères et sœurs aussi par manque des frais scolaires. J’étais tellement désespérée que j’ai failli me suicider. Pour dormir je prenais des somnifères.
Par miracle j’ai appris du chef de mon quartier que dans un communiqué à l’église, il y avait une annonce sur la formation professionnelle pour aider des jeunes désœuvrés.
Il y a 2 ans, mon admission au centre Bujovu de Children’s Voice a été salutaire. J’ai été formée en HORECA -Esthétique (hôtellerie, restauration et cafterait) j’avais choisi esthétique et tressage. J’ai eu le renforcement dans l’estime de soi , l’appui psychosocial, j’ai appris la culture de la paix et surtout un esprit d’entreprenariat.
Dans tout ca, j’avais un rêve : rentrer à l’école et une fois terminé, payer les études a mes frères et sœurs. J’ai commencé à tresser et épargner le 2/3 de mon gain.
Chose décidée, chose faite, voila qu’actuellement j’ai repris les études ; je me prends en charge au niveau scolaire et sur de petits besoins qu’une fille peut avoir. Je tresse, je fais manucure et pédicure, les soins de visage et des pieds, etc. Je le fais le dimanche, après cours ou les jours fériés. Je paie moi-même les frais scolaires et je me paie les uniformes, les souliers et tout autres besoin d’une jeune fille. Chaque matin, je suis fière de quitter la maison en uniforme bleu blanc des écoliers du pays avec mon cartable et des cahiers comme d’autres filles de mon quartier qui vont à l’école.
C’est pour moi un miracle. J’ai retrouvé l’espoir de vivre, je n’ai plus besoin des somnifères pour dormir. Je remercie Children’s Voice et Chance for Childhood et leur bailleur de fonds Thinkmoney group.
Je pense toujours à madame Emilie, l’assistant psychosocial qui a beaucoup travaillé pour que je sois ce que je suis. Que Dieu la bénisse pour ce qu’elle donne aux enfants et jeunes.

HORECA- Esthétique est un programme de formation des jeunes en Entreprenariat qui a été financé par Chance for Childhood depuis 2015 dans son partenariat avec Children’s Voice. Le fonds ont été donné par Thinkmoney Group.

Par :
Santanna Christophe Daniel
Chargé de Protection & Entreprenariat des jeunes

Des familles comme alternative à la détention des enfants en RDC

La situation de détention des enfants parfois longue et mauvaise dans des cachots, amigos et prisons à l’est de la République Démocratique du Congo, RDC, a toujours fait l’objet des préoccupations des acteurs de protection.
Children’s Voice (CV), dans le cadre de son projet « Right to Change » à Goma et à Rutshuru au Nord
Kivu avec le financement de Chance for Childhood, a appuyé l’accès au traitement juste et équitable, la représentation légale des enfants en conflit avec la loi, le renforcement des réseaux communautaires de protection, la réinsertion sociale de ces enfants et la médiation de certains dossiers. C’est depuis plus de cinq ans que CV est au secours des enfants en conflit avec la loi avec l’appui financier de l’Unicef, de War Child (Union Européenne) et de CODESPA et actuellement avec Chance for Childhood.  Pour Children’s Voice, la présence, cette année, des Familles d’Accueil Transitoires dites ( FAT), a été une action salutaire qui a permis d’héberger des enfants en dehors de l’EGEE (Etablissement de Garde et d’éducation de l’Etat) à coté de la prison de Goma et celle de Rutshuru.  Six mois après, une séance d’échange d’expérience a eu lieu au centre Children’s Voice Virunga à Goma et de bons témoignages ont été partagés par ses familles. 

Notons que c’est la première expérience initiée dans la province du Nord Kivu, de mettre à la disposition du Tribunal pour Enfants de Goma et du Tribunal de Paix de Rutshuru, des familles disponibles et disposées à accueillir des enfants de cette catégorie ; ce qui les épargne la détention et la privation de liberté. Des enfants qui ont toujours été rejetés par leur propre famille et leur communauté en les qualifiant des bandits et des délinquants.

C’est un soulagement pour Children’s Voice car ces enfants bénéficient de la chaleur familiale, continuent la scolarisation ou la formation professionnelle dans les familles en attendant la poursuite de la procédure judiciaire ou avant de rentrer dans leur milieu d’origine. Les assistants sociaux passent régulièrement pour un suivi et un appui technique.
Justin de 16 ans, originaire de Kitshanga, a été placé par le juge dans la FAT de Alexis et Vumilia. « C’est un enfant comme les autres », dit Mme Vumilia. « Je l’ai depuis 4 mois. Il s’adapte et partage bien la vie de la famille.  Quand nous mangeons, il mange et quand nous n’avons pas trouvé à manger, il accepte comme les autres enfants de la famille. Nous l’aimons et le protégeons. Pour l’intégrer, j’ai lui ai trouvé un travail d’aide maçon en attendant la rentrée scolaire. Il aime ce métier et s’est déjà acheté des habits et soulier. J’encourage d’autres familles d’accueillir ces enfants. Ils ont besoin de nous pour leur réhabilitation sociale et pour devenir de bons citoyens ».
Goma, 14 août 2017
Emmanuel KANDEKE
Point Focal à Goma du projet « Right to Change»
Children’s Voice

Boeing et Microsoft – Non au travail des enfants dans les mines

Certaines régions minières de la RDC fait partie des zones dites des minerais des conflits, de sang et/ou à haut risque. Le Guide OCDE sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables en minerais provenant de zones de conflits ou à haut risque fournit des orientations pratiques soutenues par le pouvoir public adressées aux acheteurs et des industriels pour des chaînes globales d’approvisionnement en minerais responsables afin que les entreprises respectent les droits humains et évitent de contribuer aux conflits à travers leurs décisions ou pratiques d’approvisionnement.

Deux enfants (bébé et sa nourrice) et leur mère creuseuse dans une mine a Manono
Deux enfants (bébé et sa nourrice) et leur mère creuseuse dans une mine a Manono

C’est dans ce cadre que Children’s Voice et PACT, tous deux membres de l’International Working Group de l’OCDE « Worst Forms of Child Labour in the Mining Sector », avec l’appui financier de Boeing et de Microsoft, mènent un projet pilote pour lutter contre le travail et l’exploitation des enfants dans le secteur minier en République Démocratique du Congo.
Ce projet, appelé « WIM – Watoto Inje ya Mungoti » en swahili ou « Enfants loin des carrières minières », est réalisé dans le territoire de Manono en province de Tanganyika.
Le succès de ce projet est l’engagement des communautés locales dans des réseaux. Ces réseaux mènent, avec l’appui technique de Children’s Voice, des actions visant à :
1. Protéger les enfants en les éloignant des carrières minières ;
2. Sensibiliser les exploitants sur les risques de refus de leurs minerais si les enfants sont présents dans leurs mines ;
3. Faciliter l’accès légal des creuseurs artisanaux aux marchés internationaux et ainsi améliorer leur source de revenu si zéro enfant dans leurs mines ;
4. Rassurer les acheteurs et les industriels des minerais, en amont et en aval, qu’il est possible d’acheter de la RDC, des minerais propres, qui respectent les droits humains, qui évitent de contribuer aux conflits et qui prennent en compte la situation sociale des creuseurs.
Dans ces carrières des enfants creuseurs, enfants transporteurs et nettoyeurs, de petites filles se faisant exploiter sexuellement, des nourrissons avec leurs mères et des enfants nourrices y étaient nombreux.

Forum de discussion des responsables des écoles de Manono, tenue par Children’s Voice, sur la problématique des élèves qui abandonnent l’école pour travailler dans les mines
Forum de discussion des responsables des écoles de Manono, tenue par Children’s Voice, sur la problématique des élèves qui abandonnent l’école pour travailler dans les mines

Or parmi les atteintes graves sur les chaines d’approvisionnement des minerais, il y a les pires formes de travail des enfants dans l’extraction, le transport ou le commerce de minerais.
Le but de Children’s Voice dans ce projet est de soutenir les membres de la communauté, les autorités locales et les exploitants a trouver des solutions communautaires aux problèmes qui sont les leur et d’arriver à « Zéro enfant dans les mines ». Chose possible car c’est déjà fait dans certaines mines au Nord Kivu.
Un membre du réseau communautaire de Sula et membre du Comité Local de Protection des Enfants dans le secteur minier de Manono témoigne son engagement :
« Il y a beaucoup de risques dans les carrières minières pour les enfants. Nous voulons combattre cela. La place des enfants c’est à l’école et a la maison et non dans les carrières minières. Ils sont nombreux ceux qui sont déjà mort dans ces carrières. C’est trop, nous devons nous réveillés pour les protéger».

Les agents de Children’s Voice et de PACT visitent le système d’étiquetage des minerais au centre de négoce de la mine Dragon à Manono
Les agents de Children’s Voice et de PACT visitent le système d’étiquetage des minerais au centre de négoce de la mine Dragon à Manono

Un Forum CIRGL-OCDE-GE NU sur les chaines d’approvisionnement responsables en minerais est tenu deux fois l’an pour évaluer la mise en oeuvre du Guide OCDE sur le devoir de diligence. Children’s Voice et son partenaire PACT sont membres de ce forum.
Dans la réalisation de ce projet, Children’s Voice bénéficie de l’appui de ITSCI-Katanga (ITRI Tin Supply Chain Initiative).

Un acte qui sauve de milliers de jeunes à Goma

Les terrains de Basket ball dans plusieurs coins de Goma sont vraiment rares !DSC_0285
A plus forte raison, dans les quartiers de Virunga Majengo, Mabanga Sud et Nord…autour du centre Children’s Voice Virunga.
Pour la population de ces quartiers, avoir un terrain de Basket Ball était un rêve qu’ils croyaient irréalisable. dsc_0023
Lors de la pose de la première pierre. Les gens ont manifesté leur joie avec réserve! Qu’attendaient-ils ? ils attendaient le jour « J » celui de l’inauguration du dit terrain.
Voilà qu’à travers Children’s Voice, ami des enfants, ami des jeunes, ami de la communauté ce qui était rêve devient réalité, ce 14/07/2016. La Ministre Provincial de l’éducation, qui a représenté le Gouverneur de la Province, a inauguré le terrain. Sur la photo, à droite la Ministre Adèle Bazizane, la coordinatrice de Children’s Voice Christine Musaidizi  et la chef de MONUSCO Child Protection. dsc_0255
De multiples photos illustrent la joie qu’a éprouvée la population lors de l’inauguration du terrain de Basket ball dans l’enclos de Children’s Voice Centre Virunga. C’était lors de la visite de deux grands internationaux de basket : Bismack Biyombo de NBA aux USA et Guy Muya de Belgian Lions en Belgique, qui a donné son nom à cet espace des jeunes.

Une multiplicité de hautes personnalités étaient présente. Telles sont les représentants de la MONUSCO, Eastern Congo Initiative, les membres de Promo Jeune Basket, le gouvernement Congolais, les stars internationaux en Basket et beaucoup d’autres jeunes basketteurs voisins de Children’s Voice Virunga. La journée a été couronnée par une succession de mots de circonstance intéressants prononcés par les hautes personnalités qui étaient présentes, mais aussi la représentation de Children’s Voice n’a pas manqué.
Un match intéressant entre la MONUSCO et Promo Jeunes basketteurs a clôturé cette journée.
dsc_0304
Depuis ce jour le terrain n’a pas cessé d’être exploité, par des jeunes des quartiers de loin ou de près du Centre Children’s Voice Virunga.
Certaines photos illustrent cette grande manifestation. Ce terrain est un environnement protecteur des jeunes au lieu d’aller s’envoler dans les groupes armés ou dans la délinquance, les jeunes forment des équipes et trouvent plaisir dans ce jeu. Ce terrain a été construit par PJB avec le financement de la MONUSCO.

Par Sarah Uzamukunda,
Directrice de la section primaire,
Children’s Voice centre Virunga

 

Developing rural women by literacy, DRC

In rural regions, women are limited cause of their inability to read and write in Kibati center. This situation has bad impact to themselves and to children.img00799-20160914-0924

This project which is funded by the Guernsey States for 12 months, is supporting 150 women and girls in Kibati, Nyiragongo territory around 12 km from Goma town, through Children’s Voice Kibati center.

The program has three goals:
– To allow women in literacy;
– As mothers and sisters, to enable women and girls, for the better follow children’s schooling at Kibati center in catch up program;
– To improve women’s self-confidence and give them time to share experience and initiatives in developing their villages and communities.
Consolata Wimana: I am married and have 5 children. I am happy to be able to write my name and to read some reports from my children. I was shame to come near those who are educated. Now I want all my children, boys and girls, to go to school.

img00801-20160914-0924

Elisabeth Kabumba, I am so exited to be able to read and to write. This time, I vote myself when last election I could not and some one did for me. I still think he took had voted his candidate, not mine.

We thank our donors, how big is their generosity in educating women, which is to educate the entire nation especially this moment waiting for election.