Festival Amani 2018 à Goma

Trois jours durant, la ville de Goma, à l’est de la République Démocratique du Congo a vibré par les activités du festival Amani.

Photo Festival Amani 2018

L’accès difficile au site – plus de billet :

Au dimanche, troisième jour du festival, il y a eu beaucoup de gens. Alors que les organisateurs s’attendaient à accueillir 36000 personnes, déjà à 10h le matin, il n’y avait plus de billet. Un message est diffusé sur les radios locales par les organisateurs : « plus de billet » ! Ce qui fait une grande déception car une foule immense attendait à l’entrée :

« Nous informons le public que :

  • Nous n’avons plus de billet ;
  • La sortie du site est définitive, tout festivalier qui sort ne pourra plus rentrer sur le site car son billet sera coupé et retiré par les agents de sécurité pour éviter toute confusion ;
  • Vous pouvez regarder le live stream audio et nous suivre en direct sur notre site internet dès 14h30 www.amanifestival.com – photos en direct sur Facebook, Instagram et Twitter ! Suivez nous même de loin ! »

Tout le monde voulait entrer ! D’autres ont essayé de passer sans billet ou avec celui qu’un ami.

« Je regrette beaucoup que nous ne pouvons pas entrer pourtant j’avais prévu de l’argent pour nos billets. «Lance tristement le jeune Justin avec sa copie Désanges.

L’ambiance au site :

A l’intérieur du site, c’est à plein qu’on pouvait se déplacer sur le site. « Il n’y a pas moyen de circuler. En plus il fait très chaud à l’intérieur pourtant c’est à ciel ouvert ! » dit Damien, un des festivaliers du jour.

Photo du Festival Amani 2018

Quelle joie pour cette population traumatisée par des années de guerre, des conflits armés et des conditions difficiles de vie. C’est une joie immense. « Je souhaite que le prochain festival dure plus d’une semaine. On s’amuse, on danse, on chante. On oublie un peu des coups de balle par ici, des bombes par là, de la misère, etc. Au moins une fois par an je peux me trémousser et jouir de la vie, n’est ce pas ! La vie est belle ! Goma yetu hakuna matata ! », S’exprime Nicole d’une trentaine d’années d’âge.

Photo Festival Amani 2018

Satisfaction de Children’s Voice :
Children’s Voice a voulu profiter de la présence d’un grand monde à ce festival pour :
1. Vulgariser les droits de l’enfant ;
2. Permettre aux enfants et jeunes, qui ne le pouvaient pas, d’accéder au festival, de célébrer la vie et exhiber leurs différents talents ;
3. Attirer des jeunes désœuvrés vers son programme d’Entrepreneuriat pour un futur meilleur » ;
4. Faire adhérer des gens dans son réseau « Ambassadeurs des enfants ».

Une mission accomplie pour cette organisation de défense des droits de l’enfant. C’était une grande satisfaction, estime Aaron Paluku, chargé de suivi des activités du Festival Amani. Les enfants sont émerveillés. Ils ont chanté, dansé, fait de la comédie musicale, de l’acrobatie, de compétition des génies en herbe, ils se sont baladé, ils se sont bien amusés etc.

Photo des enfants au Festival Amani 2018

Sur la photo la directrice de l’Onu Femmes et celui de UNFPA, dansent avec les enfants de Children’s Voice.
Children’s Voice a facilité à plus de 300 enfants et jeunes d’être des festivaliers de la 5e édition du Festival Amani. Ses jeunes entrepreneurs ont exposé et vendu leurs œuvres.
Entrepreneuriat des jeunes :


Je m’appelle Lucien, c’est la première fois que je participe au Festival Amani. Avec mes deux collègues, nous avons une petite entreprise artistique « DGL ». Nous sommes contents d’exposer et de vendre nos produit dans ce Festival grâce à Children’s Voice. Nous avons mangé, nous avons bu. C’est merveilleux ! En plus, moi, je suis un des ambassadeurs des enfants et jeunes désœuvrés.

« Donner la joie a un enfant est un acte louable. Voir la joie de ces enfants à ce festival est un grand plaisir à nous les acteurs de la protection des enfants », dit Aaron Paluku, chargé des activités du Festival Amani auprès de Children’s Voice.

12 février 2018

Christine Musaidizi
Children’s Voice

Goma – Premier jour du Festival Amani cinquième édition

Depuis le matin, une foule immense a visité le lieu du Festival Amani édition 2018 qui a été lancé ce 9 février 2018.
La journée a été animée par de la musique, des danses, de la comédie,  des acrobates, des expositions, etc.

Pour Children’s Voice, la journée a commencé par un concours de ses élèves sur le thème : « Concours Génie en herbe sur la vulgarisation des lois favorable à l’égalité du genre ». C’était avec d’autres écoles du milieu. Ces enfants du centre Children’s Voice Virunga qui ont participé activement, ont  gagné

la première manche et continueront demain. Les voici en plein concours.

C’était aussi un moment d’échange, de joie et de danse, d’exposition des œuvres du programme « Entrepreneuriat des jeunes ».

Danse des enfants au Festival Amani 5e edition

Nombreux se sont engagés comme « Ambassadeurs des enfants » et se sont photographiés a côté du roll up de Children’s Voice.
Les autorités ont visité les stands. C’est le cas du gouverneur de la province du Nord Kivu, les chefs militaires et de la police, le Maire de la ville, les bourgmestres de commune, les ambassadeurs et d’autres diplomates.

Demain samedi 10 février, une de grandes activités de la journée figure le « Café Genre » qui sera organisé et animé par ONU Femmes.  Les hommes et les femmes de Children’s Voice sont invités cet événement.

Goma 8 février 2018

Children’s Voice

Goma – RDC : Festival Amani – cinquième édition

C’est la cinquième édition du Festival Amani. A Goma, la ville est mouvementée par les préparatifs de la cinquième édition du festival Amani qui aura lieu du 9 au 11 Février 2018. Des artistes étrangers et nationaux, des visiteurs et des résidents, des jeunes et vieux, des femmes et des hommes, des ONGs nationales et internationales, des agences onusiennes, des entreprises et structures étatiques, tous se mobilisent pour cet heureux événement. Environs 36 000 personnes sont attendues.

« La ville de Goma ce n’est pas seulement la guerre et les conflits armés mais aussi un endroit agréable de divertissement, de découverte de nombreux talents, de vibration de musique et danse, un grand divertissement » a dit Jeanne Mapendo, un élève de Goma.

Comme chaque année, des enfants et des jeunes de Children’s Voice participent au Festival Amani avec des messages de paix, de cohabitation pacifique, de développement. Une façon aussi d’attirer l’attention de ce monde sur la place des enfants et des jeunes.

De Children’s Voice viendront des enfants journalistes, des enfants danseurs traditionnels, des enfants acrobates, des enfants comédiens, des enfants génies en herbes, des enfants joueurs de Capoeira, des ambassadeurs des enfants, etc.

C’est depuis février 2014 que la ville de Goma a le privilège d’accueillir le festival international Amani qui est organisée par l’équipe de Monsieur Eric Delamotte, promoteur du dit festival. C’est organisé dans l’espace du Collège Mwanga, à Goma en province du Nord Kivu.

Ci haut vue du festival Amani 2014. Un moment incroyable attendu du 9 au 11 février 2018.  Vous êtes invités à ce super événement.  Vous pouvez nous suivre sur :

WebSite: children-voice.org
Facebook: cv.goma
Twitter: @ChildrenVoice2

Goma, 7 février 2018
Christine Musaidizi

Réunion ordinaire du Conseil d’Administration de Children’s Voice

L’organisation annonce à ces membres la convocation de la réunion ordinaire du Conseil d’Administration (CA en sigle) qui se tiendra ce 8 octobre 2017 à 11h dans la salle de réunion de cette organisation au numéro 13 de l’avenue Mont-Goma, au quartier les Volcans dans la ville de Goma en République Démocratique du Congo.

Il est prévu à l’ordre du jour :

  1. Réception et analyse du dernier rapport de l’audit de la Commission de Contrôle ;
  2. Lecture du procès verbal de la réunion précédente et suivi des recommandations ;
  3. Présentation des réalisations trimestrielles de la coordination ;
  4. Préparation de l’assemblée générale prévue au mois décembre 2017 ;
  5. Divers
Les membres lors d’une réunion du CA

Sont attendus :

  • Les administrateurs : Président du Conseil d’Administration, le secrétaire du CA et les 3 conseillers
  • Les membres de la Commission de Contrôle
  • Les membres de la Coordination
Des agents devant le bureau de la coordination

Fait à Goma, le 23 septembre 2017

Bavon Saa-mbili

Secrétaire du Conseil d’Administration

Incendie à l’EGEE des enfants à Goma – il y a urgence

Il est 13h30 le 1er août 2017, jour de fête des parents, quand un incendie s’improvise et ravage l’EGEE (Etablissement de Garde et d’Education de l’Etat) de Goma, qui héberge les enfants en conflit avec la loi Locaux de l'EGEE et du tribunal pour enfants et le Tribunal pour Enfants. Les enfants sont derrière les barreaux. C’est l’horreur ! Heureusement que l’encadreur de garde a vite ouvert : tous les enfants sont sortis sains et saufs.

« J’ai appelé pour le secours des camions anti-incendie, sans succès. Celui de la Monusco est arrivé plus d’une heure après. Tout était déjà en cendre. J’ai regardé impuissamment le feu consumer tout : le bâtiment, cellule par cellule, mon bureau, tous les biens et dossiers des enfants. Si le secours était venu à temps, le feu aurait été maîtrisé » dit tristement Wilfried SUMAILI, Président du Tribunal pour enfants.

« Nous avons tout perdu, rien n’a été sauvé. Les enfants rescapés totalement démunisDans le nouveau local de la prison, les enfants n’ont rien, pas d’habits, pas de souliers. Ils dorment sur le plancher sans matelas ni couverture, et il fait très froid, ils risquent de tomber malade. Regarde celui-là qui porte un sac (emballage de riz) comme chemise, d’autres sont sans souliers. Il faut aider ces enfants, SVP », lance Mr Victor SUPIRA, le directeur de l’EGEE.

Aide d’urgence aux enfants

Parmi ceux qui ont écouté cet appel, Children’s Voice a fait un don des matelas et couvertures. C’est une action d’urgence pour protéger ces enfants du froid, dit Christine Musaidizi, Directrice de Children’s Voice, qui mène des actions pour aider les Notre don de matelas et couverturesenfants en conflit avec la loi depuis 2004 (exemple « Des familles comme alternative« ).

Parmi les pertes dans cet incendie, il y a des machines et équipements que Children’s Voice avait donné après son action de formation professionnelle des enfants et jeunes en couture et coiffure, avec l’appui de War Child et CODESPA de 2014 à 2016.

Appel aux dons

Il y a aujourd’hui urgence pour reconstruire des conditions d’accueil sécuritaires et dignes à l’EGEE pour ces nombreux enfants  privés de liberté. C’est pourquoi nous lançons un appel aux dons et nous espérons recevoir d’autres fonds pour poursuivre ensuite notre mission d’éducation.

Par : Bonheur Habimana, Chargé du projet « Right to Change » – Appui aux enfants en conflit avec la loi, Children’s Voice